Solutions de Cloud Computing pour les développeurs et les éditeurs de logiciels indépendants

Questions fréquentes pour les développeurs et les ISV

Questions fréquentes d’ordre général

Je souhaite participer à votre partenariat vCloud. Que dois-je faire ?
Si vous n’êtes pas encore membre du programme TAP (Technology Alliance Program) de VMware, commencez par vous y inscrire. Une fois cette formalité accomplie, vous recevrez d’autres informations.

Comment écrire une application compatible avec vCloud ?
Le grand avantage de vCloud est que vous pouvez utiliser une application logicielle actuelle écrite dans plusieurs langages de programmation (Java, C, C++) et fonctionnant sous différents systèmes d’exploitation (Windows, Solaris, LINUX) pour l’exécuter sur une machine virtuelle. Cette application peut ensuite être exécutée dans un datacenter, dans un Cloud d’entreprise ou chez un fournisseur de services basés sur un Cloud dans l’un des trois modes suivants :

  1. Application fonctionnant sur une machine virtuelle
  2. Appliance virtuelle
  3. vApp

Si je crée une appliance virtuelle, m’aiderez-vous à la promouvoir auprès des partenaires vCloud ?
Oui. Les appliances virtuelles et les vApps sont mis en avant dans VMware Solution Exchange (VSX) et dans d’autres supports marketing.

Une certification est-elle nécessaire pour la compatibilité vCloud ?
Actuellement, aucune certification n’est requise, mais cela pourrait changer à l’avenir.

Comment faire fonctionner mon application logicielle autonome en mode SaaS (logiciel sous forme de service) ?
Déployez votre application sur une machine virtuelle et hébergez-en plusieurs instances chez un fournisseur de services et sur différentes machines virtuelles. Ainsi, chacun de vos clients pourra accéder à sa propre instance de l’application, sans que vous ayez à réécrire cette dernière.

Questions fréquentes sur l’API vCloud

Qu’est-ce que l’API vCloud ?
L’API vCloud est une interface de provisionnement et d’utilisation des ressources virtuelles dans le Cloud. Elle permet le déploiement et la gestion des charges de travail virtualisées dans les Clouds privés et publics, ainsi que l’interopérabilité entre les Clouds.

L’API vCloud permet le téléchargement, l’instanciation, le déploiement et le fonctionnement des vApps, des réseaux et des « datacenters virtuels ».

L’API vCloud comprend deux composants principaux : l’API utilisateur, axée sur le provisionnement vApp, et l’API administrateur, centrée sur l’administration de la plateforme et des utilisateurs.

Quels sont les réseaux concernés ?
Il s’agit des réseaux L2 virtuels du Cloud qui garantissent un modèle flexible de connexion entre les vApps du Cloud et qui relient ces dernières aux réseaux externes situés hors du Cloud.

Qu’est-ce qu’un datacenter virtuel ?
Nouveau concept de VMware, le datacenter virtuel (vDC) réunit les capacités de stockage, de mise en réseau et de traitement permettant le déploiement des vApps. 

Que sont les vApps ?
Les vApps sont des solutions logicielles optimisées pour le Cloud et composées d’une ou plusieurs machines virtuelles, qui sont regroupées dans un package OVF et gérées comme une entité unique. Tout comme le code-barres UPC contient la totalité des informations sur un produit, la vApp offre aux responsables d’applications un moyen standard de décrire les règles d’exploitation d’une application, que VMware vSphere et VMware vCloud Director peuvent interpréter et exécuter automatiquement. Par conséquent, les vApps sont autodescriptives et autogérées sur leur plate-forme d’exécution.

À quoi correspond le format OVF ?
Open Virtualization Format (OVF) est un format de package et de distribution des machines virtuelles, indépendant de la plate-forme, efficace, évolutif et ouvert. OVF garantit une distribution efficace, flexible et sécurisée des logiciels, facilite la mobilité des machines virtuelles et offre l’indépendance par rapport au fournisseur et à la plate-forme. Ainsi, les clients peuvent déployer une vApp au format OVF sur la plate-forme de virtualisation ou le Cloud de leur choix.

Quelle version de l’API vCloud a été annoncée récemment ?
VMware vCloud API 1.0 a été annoncée lors de la conférence VMWorld 2010.

Faut-il payer un forfait à VMware pour utiliser l’API ?
Non.

Les implémentations de l’API vCloud seront-elles rétrocompatibles avec les versions précédentes ?
La compatibilité ascendante sera variable selon les implémentations. La définition de l’API vCloud présentera également des différences d’une version à une autre. À titre indicatif : nous incrémentons le premier chiffre du numéro de version lorsque la nouvelle version n’est pas rétrocompatible avec la précédente. Les chiffres suivants sont incrémentés en cas d’ajouts rétrocompatibles. Par exemple, 1.0.1 sera rétrocompatible avec 1.0, mais 2.0 ne sera rétrocompatible ni avec 1.0, ni avec 1.0.1.

API vCloud - Fonctionnalités clés et spécifications techniques

Quelles sont les principales caractéristiques de l’API ?
L’API vCloud est une API ouverte, basée sur l’architecture REST. Cette API purement virtuelle normalisée et indépendante de la plate-forme est compatible avec une gamme d’applications étendue et diversifiée.

À quoi correspond l’acronyme REST ?
Il est très courant, pour un Cloud, de disposer d’un contrôle programmable. Dans le cadre de notre collaboration, nos clients nous demandaient souvent d’utiliser REST. Representational State Transfer (REST) est un style d’architecture caractéristique des programmes qui s’appuient sur les propriétés intrinsèques des hypermédias et du protocole HTTP pour créer et modifier l’état d’un objet accessible via une URL.

Qu’entendez-vous par « purement virtuelle »?
L’API ne présente aucun aspect de l’infrastructure physique (serveurs, stockage, réseaux) ni de la méthode de virtualisation de l’infrastructure physique. Dans un service de Cloud Computing, seules les formes virtualisées de l’infrastructure peuvent être présentées via l’API. La nature purement virtuelle de l’API simplifie également son utilisation et sa mise en œuvre.

Comment cette API prend-elle en charge l'architecture mutualisée ?
Pour qu’un service de Cloud Computing puisse être mutualisé, il faut que l’API correspondante et son implémentation le soient aussi. La nature purement virtuelle de l’API vCloud lui permet de prendre en charge les utilisateurs multiples. Chaque client ou utilisateur du Cloud ne voit que son ensemble de ressources virtuelles, sans accéder aux ressources physiques sous-jacentes partagées. Cet isolement entre les utilisateurs s’apparente à l’isolement entre les processus assuré dans un système d’exploitation conventionnel via l’utilisation de la mémoire virtuelle : chaque processus a accès à un espace d’adressage mémoire permanent pour son propre usage, mais ne peut pas adresser directement la mémoire physique sous-jacente ni la mémoire virtuelle d’un autre processus. Tout comme le sous-système de mémoire virtuelle d’un système d’exploitation conventionnel collabore avec les API de sa plate-forme pour isoler les processus, la structure du service de Cloud Computing et l’API vCloud prennent en charge les utilisateurs multiples.

En quoi l’implémentation VMware de l’API vCloud offre-t-elle des possibilités d’évolution ?
VMware vSphere regroupe des périphériques ainsi que des systèmes de stockage et de réseau standard en ressources logiques unifiées afin de fournir un niveau optimal de fiabilité tout en garantissant les coûts d’exécution des applications les plus bas. Ces pools de ressources sont gérés par un vCenter Server. L’implémentation VMware de l’API vCloud couvre plusieurs unités vCenter Server pour fournir les pools de ressources virtuelles disponibles. Cela garantit l’évolutivité nécessaire pour un service de Cloud Computing.

L’API vCloud est-elle évolutive ?
Oui, les responsables du déploiement peuvent ajouter des liens vers de nouvelles fonctionnalités et options et étendre les schémas de demandes et de réponses pour les fonctions d’API définies.

L’API vCloud est-elle une extension de l’API vSphere/VIM ?
Non, l’API vCloud ne constitue pas une extension, une solution de remplacement ni un sous-ensemble de l’API vSphere/VIM. L’API VIM n’est pas modifiée. Les deux API ont des fonctions différentes. Alors que l’API VIM a pour objectif de fournir un contrôle par programmation pour la création et la configuration des ressources virtuelles en fonction des ressources physiques existantes, l’API vCloud est conçue pour utiliser ces ressources virtuelles tout en masquant complètement les ressources physiques sous-jacentes. En d’autres termes, alors que VIM est une API de virtualisation, vCloud est une API purement virtuelle. Ces deux API ne se mélangent pas : chacune représente un niveau d’abstraction différent sur lequel les entités sujet sont projetées. L’API administrateur de vCloud proposera cependant des extensions spécifiques de VMware pour gérer les objets spécifiques de VIM.

Quels sont les documents disponibles ?
Le guide de programmation, les spécifications et les fichiers de définition des schémas de l’API sont disponibles au téléchargement sur le site de la communauté des développeurs de l’API vCloud. Ces documents permettent aux développeurs de créer des programmes conformes aux spécifications de l’API.

Quelles conditions de licence régissent l’utilisation de l’API vCloud ?
Les spécifications et les fichiers de définition des schémas de l’API vCloud sont disponibles sous licence permissive (de type MIT). Les développeurs et fournisseurs de services sont libres d’utiliser l’API dans le cadre d’une licence non soumise à une redevance qui autorise les extensions. Pour plus de détails sur les conditions de licence, reportez-vous au document proprement dit.

À qui l’API vCloud est-elle destinée ?
L’API vCloud s’adresse aux développeurs et aux administrateurs informatiques de notre communauté de fournisseurs de services, d’éditeurs de logiciels indépendants et d’entreprises clientes.

Quelles sont les principales caractéristiques distinctives de l’API vCloud ?

  • De par sa nature purement virtuelle, elle est très simple à utiliser et à mettre en œuvre
  • Elle prend en charge le format OVF 1.0 standard.
  • Elle permet aux clients existants et aux entreprises qui continuent à exécuter des applications sur du matériel physique de transférer leurs applications héritées dans le Cloud.
  • Le développement d’une application dans l’API vCloud la rend compatible avec un large choix de Clouds privés VMware ou de Clouds publics des fournisseurs de services.

Comment les fournisseurs de services peuvent-ils utiliser l’API ?
Dans le cadre de leurs offres de services de Cloud Computing publics, les fournisseurs de services peuvent créer des portails de type « Infrastructure sous forme de service » avec une interface de programmation homogène et standard. Ils peuvent également utiliser les portails existants pour gérer les fonctions de Cloud via l’API.

Comment les éditeurs de logiciels indépendants (ISV) peuvent-ils utiliser l’API ?
Les éditeurs de logiciels indépendants peuvent étendre leur offre existante de façon à offrir des services de Cloud Computing qui intègrent l’API vCloud, ou créer de nouvelles applications qui utilisent l’API.

Comment les entreprises peuvent-elles utiliser l’API ?
L’API vCloud permet aux entreprises de créer des Clouds privés reposant sur l’environnement technologique VMware. Elles peuvent étendre l’automatisation de leur workflow et leur processus de provisionnement, de façon à utiliser les services de vCloud qui mettent en œuvre l’API vCloud.