Dans cette version, le système d'exploitation du centre de données virtuel de VMware poursuit sa transformation de l'infrastructure informatique x86 pour générer le plus efficace des utilitaires partagés à la demande, avec services de disponibilité, évolutivité et sécurité intégrés pour toutes les applications et gestion automatique simple et proactive. Les nouvelles fonctions, ainsi que les fonctions optimisées, dans vSphere 5.0 sont répertoriées ci-dessous.

Optimisation de la plateforme

  • Convergence. vSphere 5.0 est la première version vSphere exclusivement fondée sur l'architecture de l'hyperviseur ESXi 5.0 de vSphere comme plateforme hôte. L'hyperviseur ESX n'est plus inclus dans vSphere. La plateforme de gestion de vSphere 5.0, vCenter Server 5.0, prend en charge les hôtes ESXi 5.0, ainsi que les hôtes ESX/ESXi 4.x et ESX/ESXi 3.5.

  • VMware vSphere Auto Deploy. VMware vSphere Auto Deploy simplifie la gestion de l'installation ESXi et de la mise à niveau de centaines de machines. Les nouveaux hôtes sont alloués en fonction des règles que l'administrateur définit. La reconstitution d'un serveur en un état propre nécessite un seul redémarrage. Pour passer d'une version ESXi à une autre, vous créez une nouvelle règle avec Auto Deploy PowerCLI, et vous exécutez une opération de conformité de test et de réparation.

  • Unified CLI Framework. La structure étendue ESXCLI offre un jeu de commandes évolutif, notamment de nouvelles commandes pour faciliter le dépannage sur hôte et la maintenance. La structure garantit la cohérence de l'authentification, des rôles et de la vérification, au moyen des mêmes méthodes que les autres cadres de gestion, comme vCenter Server et PowerCLI. Vous pouvez utiliser la structure ESXCLI tant à distance dans le cadre de vSphere CLI que localement sur ESXi Shell (anciennement le mode Support technique).

  • Nouvelles capacités de machine virtuelle. ESXi 5.0 présente la version 8 du matériel virtuel, une machine virtuelle nouvelle génération qui comprend les nouvelles fonctionnalités suivantes :

    • SMP virtuel 32 voies. ESXi 5.0 prend en charge des machines virtuelles pouvant comporter jusqu'à 32 CPU virtuels, ce qui permet d'exécuter des charges de travail plus importantes gourmandes en CPU sur la plateforme VMware ESXi.

    • 1 To de RAM sur les machines virtuelles. Vous pouvez attribuer jusqu'à 1 To de RAM sur les machines virtuelles ESXi 5.0.

    • Le logiciel prend en charge l'infographie 3D, ce qui permet d'utiliser Windows Aero. ESXi 5.0 prend en charge l'infographie 3D sans accélération par le matériel, de sorte à pouvoir exécuter les applications Windows Aero et Basic 3D sur les machines virtuelles.

    • Prise en charge des périphériques USB 3.0. ESXi 5.0 assure la prise en charge des périphériques USB 3.0 sur les machines virtuelles dotées des systèmes d'exploitation clients Linux. Les périphériques USB 3.0 connectés à l'ordinateur client équipé de vSphere Web Client ou de vSphere Client peuvent se raccorder à une machine virtuelle, où il est possible d'y accéder. La connexion des périphériques USB 3.0 à l'hôte ESXi n'est pas prise en charge.

    • BIOS virtuel UEFI. Les machines virtuelles dotées d'ESXi 5.0 peuvent démarrer à partir de l'UEFI (Unified Extended Firmware Interface) et l'utiliser.

  • Interface utilisateur graphique pour configurer des CPU virtuels multicœurs. Il est désormais possible de configurer le nombre de cœurs d'un CPU virtuel par socket dans l'affichage Propriétés de machine virtuelle dans vSphere Web Client et vSphere Client. Cette fonctionnalité se configurait auparavant uniquement via les paramètres avancés.

  • Périphériques USB connectés au client. Les périphériques USB connectés à l'ordinateur client équipé de vSphere Web Client ou de vSphere Client peuvent se raccorder à une machine virtuelle, où il est possible d'y accéder.

  • Prise en charge des lecteurs de cartes à puce sur les machines virtuelles. Les lecteurs de cartes à puce connectés à l'ordinateur client équipé de vSphere Web Client ou de vSphere Client peuvent se raccorder à une ou plusieurs machines virtuelles, où il est possible d'y accéder. La console à distance d'une machine virtuelle, disponible dans vSphere Web Client et dans vSphere Client, prend en charge le branchement de lecteurs de cartes à puce sur plusieurs machines virtuelles, où l'authentification des cartes à puce devient alors possible.

  • Prise en charge extensible pour les versions de VMware Tools. VMware Tools de vSphere 4.x est pris en charge sur les machines virtuelles exécutant sur les hôtes de vSphere 5.0. La version de VMware Tools fournie avec vSphere 5.0 est par ailleurs compatible avec ESX/ESXi 4.x.

  • Prise en charge du système d'exploitation client Mac OS X Server d'Apple. VMware vSphere 5.0 assure la prise en charge de Mac OS X Server 10.6 (« Snow Leopard ») d'Apple comme système d'exploitation client. La prise en charge est réservée aux systèmes Xserve d'Apple, modèle 3.1.

  • Prise en charge du démarrage des hôtes depuis l'UEFI. vSphere 5.0 prend en charge le démarrage des hôtes ESXi depuis l'UEFI (Unified Extensible Firmware Interface). Avec l'UEFI, vous pouvez démarrer les systèmes depuis des disques durs, des lecteurs de CD/DVD ou des clés USB. Le démarrage sur le réseau nécessite l'ancien micrologiciel BIOS, et n'est donc pas possible avec l'UEFI.

  • Prise en charge jusqu'à 512 machines virtuelles par hôte. vSphere 5.0 prend en charge jusqu'à 512 machines virtuelles, pour un total maximum de 2 048 CPU virtuels par hôte.

  • Prise en charge de systèmes plus vastes. vSphere 5.0 prend en charge des systèmes comportant jusqu'à 160 CPU logiques et jusqu'à 2 To de RAM.

  • Prise en charge SNMP évoluée. Avec vSphere 5.0, vous pouvez convertir des indications CIM en interruptions SNMP. Voyez auprès de votre fournisseur de matériel si son fournisseur CIM prend en charge cette fonctionnalité. vSphere 5.0 prend aussi désormais en charge Host Resources MIB ( RFC 2790), et permet un meilleur contrôle des types d'alertes envoyées par l'agent SNMP.

  • Localisation des défaillances de mémoire. Sur les plateformes prises en charge, ESXi 5.0 détecte et met en quarantaine les zones de la mémoire physique qui présentent des erreurs fréquentes corrigibles. Cette mesure préemptive réduit le risque d'erreurs incorrigibles occasionnant un temps d'immobilisation des machines virtuelles ou des hôtes. Dans le cas d'une erreur incorrigible de la mémoire, ESXi 5.0 met la zone défaillante de la mémoire en quarantaine, et redémarre les machines virtuelles concernées. Quand ESXi s'arrête et qu'un écran de diagnostic violet apparaît, l'erreur de la mémoire touche l'hyperviseur lui-même. Ces améliorations assurent une meilleure disponibilité des machines virtuelles et des hôtes.

  • Image Builder. Un nouveau jeu de cmdlets PowerCLI permet aux administrateurs de créer des images ESXi sur mesure constituées de composants tiers indispensables au matériel spécialisé, comme les lecteurs et les fournisseurs CIM. Vous pouvez utiliser Image Builder pour créer des images adaptées à différents types de déploiement, comme une installation ISO, une installation PXE et Auto Deploy.

  • Optimisation des profils d'hôte. Avec un fichier de réponses, vous pouvez configurer des paramètres propres à l'hôte à utiliser avec les paramètres communs dans le Profil d'hôte, d'où l'inutilité d'ajouter des paramètres propres à l'hôte. Cette fonction permet l'utilisation des Profils d'hôte pour configurer intégralement un hôte pendant un déploiement automatisé. Les Profils d'hôte incluent par ailleurs la prise en charge d'un jeu extensible de configurations, notamment l'iSCSI, le FCoE, la transmission multivoie native, les paramètres de réclamation des chemins à des périphériques et des périphériques PSP et les paramètres du module noyau.

  • Metro vMotion. Capacité à utiliser vMotion pour déplacer une machine virtuelle en cours d'exécution quand les hôtes ESX source et cible sont à plus de 5 ms de temps de latence aller-retour l'un de l'autre. Le temps de latence aller-retour maximum pris en charge entre les deux hôtes est désormais de 10 ms.

  • Activation de la Trusted Execution Technology (TXT). Il est possible de configurer ESXi 5.0 de sorte à démarrer avec la Trusted Execution Technology (TXT) d'Intel. Cette option de démarrage peut protéger ESXi dans certains cas où les fichiers binaires du système sont corrompus ou trafiqués.

  • Optimisation de l'évolutivité. ESXi 5.0 prend en charge jusqu'à 160 processeurs logiques.

Stockage

  • DRS de stockage. Cette fonction propose les avantages du DRS, à savoir le regroupement des ressources, le placement initial automatisé et l'évitement du goulot d'étranglement, pour le stockage. Vous pouvez regrouper et gérer des banques de données semblables comme unique ressource mémoire aux charges de travail équilibrées que l'on appelle cluster de banque de données. DRS de stockage procède à des recommandations de placement et de migration de disques (VMDK) afin d'éviter les goulots d'étranglement de l'utilisation E/S et de l'espace dans les banques de données du cluster.

  • Stockage d'après le profil. Cette solution permet de mieux connaître et maîtriser les caractéristiques de vos ressources de stockage. Elle assure aussi l'allocation du stockage des machines virtuelles, de sorte à obtenir une autonomie du stockage précis disponible dans l'environnement. L'administrateur peut définir des règles de placement des machines virtuelles sur le plan des caractéristiques du stockage et vous pouvez surveiller le placement de stockage d'une machine virtuelle d'après ces règles. La solution propose ces avantages en tirant parti des éléments suivants :

    • Intégration avec l'API de stockage pour Storage Awareness pour assurer la caractérisation de stockage fournie par les fournisseurs de stockage.

    • Possibilité pour l'administrateur vSphere de baliser le stockage en fonction de descriptions propres à un client.

    • Utilisation de la caractérisation de stockage pour créer des règles de placement des machines virtuelles sous forme de profils de stockage.

    • Facilité pour vérifier la conformité d'une machine virtuelle avec ces règles.

    Au final, la gestion de l'utilisation du stockage et du choix dans les déploiements vSphere se révèle plus efficace et conviviale.

  • API vStorage pour Storage Awareness. Nouveau jeu d'API qui permet à vCenter Server de détecter les capacités d'un périphérique de stockage, facilitant ainsi la sélection du disque de stockage adéquat pour le placement des machines virtuelles. Avec vCenter Server, il est désormais possible de voir les capacités de stockage, comme le niveau RAID, l'allocation dynamique ou statique, l'état de répétition, etc.

  • VMFS5. VMFS5 est une nouvelle version de vSphere Virtual Machine File System qui offre une évolutivité et des performances optimisées et propose une prise en charge de l'internationalisation. Avec VMFS5, vous pouvez créer une banque de données de 64 To sur une seule extension. Les RDM en mode de compatibilité physique dont la taille est supérieure à 2 To peuvent désormais être présentés sur une machine virtuelle. Sur du matériel de stockage SAN prenant en charge l'API vStorage pour l'intégration de baies (connue sous l'appellation VAAI), ESXi 5.0 utilise par ailleurs le mécanisme de verrouillage ATS (Atomic Test and Set) au regard des banques de données VMFS5. L'utilisation de ce mécanisme peut améliorer les performances, même si le degré d'amélioration dépend du matériel de stockage sous-jacent.

  • Prise en charge de l'IU iSCSI. Configuration en fonction des adaptateurs iSCSI matériels et iSCSI logiciels, avec les configurations réseau et liaisons de ports dans une seule et unique boîte de dialogue au moyen de vSphere Client. L'accès SDK sans restriction est également disponible pour ces configurations.

  • Prise en charge du NFS de contrôle d'E/S de stockage. vSphere 5.0 consent au contrôle d'E/S de stockage pour offrir des partages E/S au niveau du cluster et des limites pour les banques de données du NFS.

  • API Storage pour l'intégration de baies :Thin Provisioning. Récupération des blocs d'un LUN alloué dynamiquement quand un disque virtuel est supprimé ou transféré. Vous pouvez aussi préallouer de l'espace sur les LUN à provisionnement dynamique et recevoir des mises en garde et des messages d'erreur quand une banque de données sur un LUN à provisionnement dynamique commence de se remplir. Le comportement d'un disque complet à provisionnement dynamique fait par ailleurs l'objet d'une amélioration. Seules les machines virtuelles qui tentent d'allouer de nouveaux blocs dans une banque de données à provisionnement dynamique sont interrompues. Les machines virtuelles n'exigeant aucun bloc supplémentaire sur le disque à provisionnement dynamique continuent de fonctionner.

  • Bascule vers le cache de l'hôte. Le programmateur VMkernel a fait l'objet d'une modification pour permettre à ESXi de basculer afin de consentir aux périphériques SSD locaux ou réseau, ce qui permet une survalidation dans la mémoire et minimise l'impact sur les performances. Le VMkernel reconnaît automatiquement et balise les périphériques SSD qui sont locaux pour ESXi ou qui figurent sur le réseau.

  • Prise en charge LUN de plus de 2 To. vSphere 5.0 assure la prise en charge de banques de données VMFS d'une capacité supérieure à 2 To. Il est possible de créer des banques de données VMFS5 très volumineuses dont la taille atteint 64 To sur un seul et unique périphérique de stockage sans aucune autre extension.

  • Prise en charge des snapshots Storage vMotion. Permet d'utiliser Storage vMotion pour une machine virtuelle en mode snapshot avec des snapshots associés. Vous pouvez mieux gérer la capacité de stockage et les performances grâce à la possibilité de migrer une machine virtuelle et ses snapshots vers une autre banque de données. Un nouveau mécanisme Storage vMotion utilise un lecteur miroir, qui synchronise le disque source avec le disque cible, d'où une migration plus rapide.

  • FCoE logiciel.. vSphere 5.0 assure la prise en charge d'un lecteur FCoE (Fibre Channel over Ethernet) logiciel. Pour activer ce lecteur sur un hôte ESXi, vous devez disposer d'une carte réseau capable de prendre en charge certaines capacités de déchargement FCoE.

  • Validation des snapshots. En cas d'échec de la validation d'un snapshot, cette fonction permet à vSphere Client de prévenir les utilisateurs qu'une opération de consolidation demeure toujours indispensable sur la machine virtuelle.

Mise en réseau

  • Contrôle E/S réseau optimisé. vSphere 5.0 s'appuie sur le contrôle E/S réseau pour permettre des pools de ressources réseau définis par l'utilisateur, activant le déploiement multitenance, et pour transiter la qualité de service (QoS) de l'infrastructure virtuelle et physique conformément au balisage 802.1 des pools de ressources.

  • Optimisation de vSphere Distributed Switch. vSphere 5.0 offre une perspective plus en détail dans le trafic des machines virtuelles via Netflow, avec une optimisation des capacités de surveillance et de dépannage grâce à SPAN et LLDP.

  • Pare-feu ESXi. L'interface de gestion ESXi 5.0 est protégée par un pare-feu en mode sans état, axé sur le service, que vous pouvez configurer via vSphere Client ou par ligne de commande avec les interfaces esxcli. Un nouveau moteur de pare-feu élimine l'utilisation d'Iptables, et les jeux de règles définissent les règles de port pour chaque service. Quant aux hôtes à distance, vous pouvez préciser les adresses IP ou la plage des adresses IP ayant droit d'accès à chaque service.

VMware vCenter Server

  • vSphere Web Client. Nouvelle interface utilisateur par navigateur prise en charge sur les plateformes Linux et Windows. Dans la version 5.0, vSphere Web Client se substitue au produit Web Access. Le client est adapté à toutes les cas d'utilisation des consoles et machines virtuelles, avec en conséquence la possibilité pour les administrateurs de gérer leurs environnements.

  • vCenter Server Appliance. Mise en œuvre avec vCenter Server qui fonctionne sur un dispositif virtuel préconfiguré. Ce dispositif diminue considérablement le temps nécessaire au déploiement de vCenter Server et des services associés, et il propose une solution de rechange peu coûteuse au traditionnel vCenter Server sous Windows.

  • Extensibilité de l'inventaire. Les clients et les partenaires VMware peuvent élargir vCenter Server de plusieurs manières, notamment l'inventaire, l'interface utilisateur graphique et les agents. vCenter Server comporte un gestionnaire permettant de surveiller les extensions. En déployant des extensions créées par les partenaires VMware, vous pouvez utiliser vCenter Server comme une console unifiée afin de gérer votre centre de données virtualisé.

  • Meilleure prise en charge de la journalisation. Tous les messages sont désormais générés par syslog, et il est à présent possible de consigner les messages localement ou sur un ou plusieurs serveurs à distance. Un serveur donné peut accueillir les messages de plusieurs hôtes. Il est possible de consigner les messages à distance via les connexions SSL (Secure Sockets Layer) ou TCP. Le processeur d'écoute syslog vSphere est disponible sous forme de plug-in facultatif pour vCenter sous Windows. Dans vCenter Virtual Appliance (VCVA), la consignation s'effectue via l'option native syslog-ng. Avec vSphere 5.0, il est possible de configurer les messages provenant de sources différentes de sorte à les répartir dans des journaux divers pour plus de commodité. La configuration de la consignation des messages peut aussi s'effectuer via ESXCLI en sus de vSphere Client.

Disponibilité

  • vSphere HA. vSphere High Availability est désormais une plateforme à disponibilité dématérialisée optimisée. Des améliorations, comme l'élimination des rôles primaire et secondaire et la suppression de la dépendance au DNS, facilitent la configuration. Des nouvelles fonctions, comme la possibilité d'utiliser un stockage partagé comme voie de communication de secours, garantissent une détection des défaillances des hôtes d'une plus grande fiabilité.

  • vSphere Data Recovery 2.0. VMware augmente la vitesse, et la fiabilité des sauvegardes s'accentue avec la version Data Recovery 2.0. Cette version optimise l'intégration avec vCenter et propose de nouvelles fonctions de maniabilité, dont :

    • Génération et envoi par e-mail automatisé des rapports des travaux de sauvegarde.

    • Meilleures performances pour la sauvegarde, la vérification de l'intégrité et les opérations de récupération.

    • Résilience accrue par rapport aux défaillances du réseau transitoires avec une meilleure prise en charge CIFS.

    • Possibilité de programmer, d'interrompre et d'annuler les opérations de vérification de l'intégrité.

Écosystème de partenaires

  • Vaste liste de processeurs pris en charge. La liste des processeurs pris en charge pour ESXi 5.0 s'est agrandie. Pour déterminer les processeurs compatibles avec cette version, consultez le Guide de compatibilité du matériel. Parmi les processeurs pris en charge figurent la série de processeurs Xeon E7-2800, E7-4800 et E7-8800 d'Intel, au nom de code Westmere-EX, et la série de processeurs Xeon E3-1200 et i3-2100 d'Intel, au nom de code Sandy Bridge.

  • Prise en charge des adaptateurs de stockage à files d'attente multiples. La pile de stockage vSphere a fait l'objet d'une amélioration, et bénéficie maintenant d'adaptateurs à files d'attente multiples, ainsi que la possibilité de répartir l'E/S entrant dans ces files d'attente d'après l'affinité des UC. Il en résulte un moindre coût des CPU par E/S.