La virtualisation selon VMware

Grâce à VMware, 39 milliards de kilowatts-heure d’électricité ont été économisés au total, soit plus que la consommation annuelle moyenne des systèmes de chauffage et de conditionnement d’air du Danemark

 

Palo Alto, le 6 mai 2008. – VMware, Inc. (NYSE: VMW), le leader mondial des logiciels de virtualisation depuis le poste client jusqu’au datacenter, affirme aujourd’hui encore que ses solutions de virtualisation permettent à ses clients de réaliser de formidables économies financières tout en réduisant leurs émissions de CO2. En effet, en consolidant 10 machines physiques minimum au sein d’un même serveur, les technologies de virtualisation de VMware abaissent la consommation d’électricité des parcs informatiques et réduisent leur facture de 80 à 90 %. Les clients de VMware ayant consolidé leurs serveurs d’application de l’ordre de 60 pour 1 minimum ont en effet économisé plusieurs millions de dollars en investissements et frais d’exploitation.

Pour chaque serveur virtualisé, ce sont environ 7 000 kilowatts-heure (kWh) qui peuvent être économisés chaque année, soit 4 tonnes de CO2. Depuis 1998, VMware a permis de virtualiser plus de 6 millions de serveurs, faisant ainsi économiser à ses clients près de 39 milliards de kWh, soit approximativement 4,4 milliards de dollars. Cela correspond plus ou moins à la consommation annuelle moyenne d’énergie du Danemark. Et il n’y a pas que les serveurs virtualisés qui permettent de réaliser des économies. Les PC virtualisés et hébergés sur les serveurs d’un datacenter peuvent eux aussi réduire la consommation d’énergie et les coûts de 35 %. L’hébergement des postes de travail dans le datacenter prolonge également de 100 % le cycle de vie des PC ou clients légers, limitant ainsi l’impact sur l’environnement de la fabrication d’équipements.

« En veille, la plupart des serveurs et postes de travail continuent de consommer 70 à 80 % de leur énergie de fonctionnement », explique Stephen Herrod, directeur informatique chez VMware. « VMware a donc intégré à ses solutions de virtualisation des technologies de gestion de l’alimentation qui limitent la consommation énergétique des systèmes et leurs coûts en les éteignant, ou en les ralentissant, quand ils ne sont pas utilisés. Simplement en éteignant les serveurs et postes de travail lors des périodes d’inactivité, comme le soir ou les week-ends, l’économie d’énergie se chiffre à 25 % minimum, sans conséquences pour les applications ou les utilisateurs. »

Depuis 2006, VMware travaille main dans la main avec des entreprises du service public pour développer des programmes de subvention récompensant les projets de virtualisation des datacenters. VMware collabore ainsi avec des sociétés d’Amérique du Nord, notamment Pacific Gas and Electric, Southern California Edison, SDG&E, BC Hydro et Austin Energy, pour subventionner les clients à hauteur des économies d’énergie réalisées par la consolidation de leur datacenter.

L’université Sheffield Hallam virtualise ses systèmes grâce aux solutions de VMware et réduit ainsi de 269 tonnes ses émissions de CO2 avec une économie annuelle de 43 000 £ sur sa facture d’électricité

Sheffield Hallam, l’une des universités les plus progressistes du Royaume-Uni, accueille plus de 28 000 étudiants et emploie plus de 5 000 personnes. Pour satisfaire sa communauté d’utilisateurs, la direction a décidé d’investir dans divers nouveaux services informatiques. Les serveurs du datacenter ont ainsi été multipliés par deux en seulement 12 mois. Le réseau électrique de l’université s’est vite avéré insuffisant pour alimenter tous ces serveurs, tandis que le datacenter manquait cruellement d’espace. Sheffield Hallam a donc investi dans VMware Infrastructure 3, la meilleure plate-forme de virtualisation et de gestion de datacenter de l’industrie, pour réduire ses besoins en alimentation et en refroidissement tout en optimisant la distribution de ses services informatiques. VMware Infrastructure 3 automatise l’équilibrage de la charge, la continuité des opérations et la gestion de l’alimentation. La plate-forme facilite également la migration des machines virtuelles entre machines physiques afin d’éviter toute interruption de service.

« Notre parc de serveurs ayant atteint son envergure maximale, il nous a fallu imaginer une autre stratégie », commente Dave Thornley, responsable des services de maintenance de l’université Sheffield Hallam. « Nous avons donc opté pour une infrastructure virtuelle, solution idéale à nos problèmes de gestion et d’espace. Non seulement la solution de VMware allège notre facture d’électricité mais elle contribue également à réduire les coûts de déploiement des services à nos utilisateurs. »

Vous aussi, découvrez comment d’autres entreprises ont réussi le pari de l’écologie et font des économies grâce aux solutions de virtualisation de VMware : www.vmware.com/solutions/consolidation/green/

A propos de VMware

VMware (NYSE: VMW) est le leader mondial des solutions de virtualisation depuis le poste client jusqu’au datacenter. Des entreprises de toute taille font confiance à VMware pour réduire leurs investissements et leurs coûts d’exploitation, garantir la continuité de leurs opérations, renforcer leur sécurité et adopter un fonctionnement plus écologique. Avec un chiffre d’affaires de 1,3 milliard de dollars en 2007, plus de 100 000 clients et plus de 10 000 partenaires, VMware figure parmi les éditeurs de logiciels cotés en bourse dont la croissance est la plus exceptionnelle. VMware opère depuis son siège social de Palo Alto, en Californie, et sur le Web, à l’adresse www.vmware.fr.

# # #

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Laurence Delacroix
VMware
Directeur Marketing France
Tél : 01 47 62 79 34

Anthony Rubbo
AxiCom France
Direct: 06 64 13 42 43