Hyperviseur bare-metal dédié

VMware ESXi est le premier hyperviseur bare-metal dédié du marché. ESXi s’installe directement sur votre serveur physique, ce qui permet de partitionner ce dernier en plusieurs serveurs logiques appelés machines virtuelles. 
 

Les clients peuvent utiliser VMware ESXi avec l’édition gratuite de vSphere Hypervisor ou dans le cadre d’une édition payante de vSphere.

Fonctionnalités de vSphere ESXi Hypervisor

Fiabilité accrue et sécurité renforcée

Les fonctionnalités de gestion de l’hyperviseur bare-metal VMware ESXi sont intégrées au VMkernel, pour un encombrement réduit à 150 Mo. La surface d’attaque exposée aux logiciels malveillants et aux menaces réseau est par conséquent très réduite, ce qui permet de gagner en fiabilité et en sécurité.

Déploiement et configuration simplifiés

Simple à déployer et à configurer, l’architecture ESXi facilite la gestion d’une infrastructure virtuelle cohérente grâce à son nombre réduit d’options de configuration.

Réduction du temps système de gestion

vSphere ESXi utilise une méthode sans agent pour surveiller le matériel et gérer le système, grâce à un modèle d’intégration partenaire basé sur une API. Les tâches de gestion sont lancées par des lignes de commande à distance via l’interface vCLI (vSphere Command Line Interface) et l’interface Power CLI, qui utilise des applets de commande Windows PowerShell et des scripts pour automatiser la gestion.

Installation simplifiée des correctifs et des mises à jour des hyperviseurs

Un nombre réduit de correctifs se traduit par des fenêtres de maintenance plus courtes et plus espacées.

Détails techniques

Sécurité renforcée

L’optimisation de l’accès et du contrôle basés sur des rôles supprime la dépendance vis-à-vis d’un compte root partagé. Les utilisateurs et les groupes peuvent être dotés de droits d’administration complets. Il n’est pas nécessaire de partager un accès ni un compte superutilisateur commun pour pouvoir effectuer des tâches administratives.

 

Journaux et audits exhaustifs

vSphere ESXi enregistre toute l’activité des utilisateurs depuis le Shell et depuis l’interface utilisateur de console directe au titre du compte utilisateur. Cette journalisation garantit la responsabilisation et facilite les activités d’audit utilisateur. 

 

vMotion

La migration à chaud de VMware vSphere vous permet de déplacer toute une machine virtuelle active d’un serveur physique à un autre, sans interruption de service. Les clients peuvent migrer les machines virtuelles actives entre les clusters, les commutateurs distribués et les instances vCenter sur de longues distances avec un temps de latence aller-retour réduit jusqu’à 100 ms. 

 

Fonctionnalités des machines virtuelles

  • Les machines virtuelles s’exécutant sur vSphere ESXi présentent les caractéristiques suivantes : 
  • Les machines virtuelles peuvent prendre en charge jusqu’à 128 CPU virtuels.
  • Les machines virtuelles peuvent prendre en charge jusqu’à 4 To de RAM.
  • Le nouveau contrôleur xHCI prend en charge les périphériques USB 3.0.
  • La nouvelle interface AHCI (Advanced Host Controller Interface) prend en charge jusqu’à 120 périphériques par machine virtuelle.
  • La taille maximum d’un disque de machine virtuelle est de 62 To.
  • La fonctionnalité de récupération d’espace de stockage de l’OS client rend au pool de stockage l’espace disque libéré au sein de l’OS client.
  • La virtualisation du CPU est optimisée via la présentation d’un volume accru d’informations sur l’architecture du CPU hôte aux machines virtuelles. Cette meilleure exposition du CPU permet de déboguer, d’affiner et de dépanner plus facilement les systèmes d’exploitation et les applications dans la machine virtuelle.
  • L’efficacité du CPU est accrue par la fonctionnalité LRO (Large Receive Offload) qui regroupe les paquets TCP entrants en un paquet unique plus important.

Intégration d’Active Directory

Vous pouvez joindre des hôtes vSphere ESXi à votre domaine Active Directory. Une fois ajouté, Active Directory gère l’authentification des utilisateurs et évite de devoir créer des comptes utilisateurs en local sur chaque hôte. 
 

Gestion centralisée de l’image hôte et configuration via Auto Deploy

  • En combinant les fonctionnalités des profils d’hôte, d’Image Builder et de PXE, VMware vSphere Auto Deploy simplifie l’installation et la mise à niveau des hôtes. La bibliothèque Auto Deploy centralise toutes les images d’hôte vSphere. Les administrateurs peuvent lancer le provisionnement automatique des nouveaux hôtes sur la base de règles définies par les utilisateurs ; la reconstruction d’un hôte est aussi simple qu’un redémarrage. 

Pare-feu sans état

vSphere ESXi inclut à présent un pare-feu sans état orienté services, que vous pouvez configurer à l’aide de vSphere Client ou de la ligne de commande, via VMware ESXCLI. Ce pare-feu permet aux administrateurs de définir des règles d’accès aux ports pour les services. De plus, vous pouvez indiquer des plages d’adresses IP ou des adresses IP individuelles, qui peuvent se connecter à des services d’hôte.

MIGRATION VERS VSPHERE 6.0 : PROFITEZ D’AVANTAGES EXCLUSIFS

Grâce à ses nombreuses fonctionnalités exclusives, telles que Long Distance vMotion et la tolérance aux pannes pour les multiprocesseurs, vSphere 6.0 offre encore davantage d’efficacité. Ces fonctionnalités répondent aux besoins des applications de nouvelle génération et garantissent à votre entreprise rentabilité, évolutivité accrue et fiabilité améliorée.

 

Grâce à cette architecture ultra-fine dotée d'un disque de moins de 150 Mo,  vSphere ESXi offre des performances et une évolutivité de premier plan, notamment :

  • Fiabilité accrue et sécurité renforcée : reposant sur la nouvelle architecture VMware ESXi, qui réduit le nombre de lignes de code et élimine toute dépendance vis-à-vis d’un système d’exploitation générique, vSphere permet de réduire considérablement le risque de bogues ou de failles de sécurité, ainsi que de sécuriser plus facilement la couche hyperviseur.
  • Déploiement et configuration rationalisés : Grâce à son encombrement réduit, l'architecture ESXi fait l'économie de nombreux modules de configuration, et simplifie le déploiement, la configuration et l'homogénéité.
  • Efficacité de gestion renforcée : le modèle d’intégration de l’architecture VMware ESXi est basé sur des API. Il évite d’installer et de gérer des agents de gestion tiers sur l’hôte vSphere. Vous pouvez automatiser les tâches courantes à l’aide d’environnements de création de scripts avec lignes de commande à distance, comme vCLI ou PowerCLI. 
  • Installation simplifiée des correctifs et des mises à jour des hyperviseurs : en raison de sa taille réduite et de ses composants moins nombreux, VMware ESXi nécessite beaucoup moins de correctifs. Les fenêtres de maintenance sont donc plus courtes et les vulnérabilités liées à la sécurité moins fréquentes. Pour plus d'informations sur le processus de mise à niveau, ou pour comparer des versions, visitez le Sphere Upgrade Center. 

Pour plus d'informations sur le processus de mise à niveau, ou pour comparer des versions, visitez le vSphere Upgrade Center.

GESTION DES OPÉRATIONS

La gestion de VMware ESXi est assurée par le biais d’API. Ainsi, la surveillance du matériel et la gestion du système se font sans agent. VMware fournit également des interfaces de ligne de commande à distance, telles que vSphere Command Line Interface (vCLI) et PowerCLI, afin de permettre l’exécution de scripts et de commandes avec un contrôle accru. Ces interfaces comportent un large choix de commandes de configuration, de diagnostic et de résolution des problèmes. Pour les diagnostics à portée restreinte et la configuration initiale, des interfaces de ligne de commande et avec menus sont disponibles sur la console locale du serveur. 

 

L’application de correctifs et la mise à jour des hôtes vSphere exécutant VMware ESXi optimisent la flexibilité et le contrôle. Pendant l’application de correctifs, seuls les modules spécifiques mis à jour sont modifiés, ce qui permet à l’administrateur de préserver les mises à jour antérieures apportées à d’autres composants. Qu’il soit installé sur disque ou sur mémoire flash intégrée, VMware ESXi s’appuie sur une approche « image double », qui permet la présence juxtaposée de l’image mise à jour et de l’image antérieure. Lorsqu’un correctif est installé, la nouvelle image est copiée sur l’hôte et le chargeur de démarrage est modifié de manière à utiliser cette nouvelle image. En cas de problème avec la mise à jour ou si l’administrateur souhaite revenir à l’image antérieure, l’hôte est simplement redémarré. L’administrateur peut alors interrompre le processus de démarrage en appuyant simultanément sur les touches « Maj » et « R » pour obliger l’hôte à utiliser l’image antérieure à la mise à jour.

 

DÉPLOIEMENT

Plusieurs méthodes de déploiement sont prises en charge. Le programme d'installation ESXi, les installations basées sur des scripts ou sur le réseau utilisent PXE.  Ces scripts se déploient localement sur l’hôte vSphere et peuvent exécuter différentes tâches comme la configuration du réseau virtuel de l’hôte et son association à  VMware vCenter Server

 

vSphere ESXi prend en charge l’installation sur un disque dur local, un LUN FC, iSCSI ou FCoE, ou un dispositif USB/SD, ainsi qu’un démarrage réseau via PXE. Pour savoir quels adaptateurs de stockage sont compatibles avec ESXi, consultez la liste de compatibilité matérielle (HCL) de vSphere.

 

SURVEILLANCE DU MATÉRIEL (AVEC SNMP)

Le modèle de données unifié (Common Information Model, CIM) est un standard ouvert qui définit une structure pour la surveillance des ressources matérielles, sans agent et basée sur des normes, pour les hôtes vSphere exécutant l’architecture VMware ESXi. Cette structure se compose d’un gestionnaire d’objet CIM, souvent appelé courtier CIM, et d’un ensemble de fournisseurs CIM. 

Les fournisseurs CIM offrent un mécanisme pour octroyer les accès de gestion aux pilotes de périphériques et au matériel sous-jacent. Les fabricants de matériel, notamment les fabricants de serveurs et les fournisseurs de périphériques spécifiques, peuvent créer des systèmes de ce type afin d’assurer la surveillance et la gestion de leurs périphériques spécifiques.

 

VMware crée également des systèmes qui mettent en œuvre la surveillance de l’infrastructure de stockage du matériel serveur et les ressources dédiées à la virtualisation. Ces systèmes sont exécutés au sein même de l’hôte vSphere. Ils sont donc conçus pour être extrêmement légers et dédiés à des tâches de gestion spécifiques. Le courtier CIM recueille des informations auprès de tous les fournisseurs CIM et les diffuse à l’extérieur par le biais d’API standard, telles que WS-MAN et CIM-XML. Tout outil logiciel capable de comprendre l’une de ces API, par exemple HP SIM ou Dell OpenManage, peut lire ces informations et donc assurer la surveillance du matériel de l’hôte vSphere. 

 

VMware vCenter Server est l’un des utilisateurs de ces informations CIM. Avec vSphere Client ou le client Web, vous pouvez afficher le statut matériel de n’importe quel hôte vSphere de votre environnement. Vous avez donc accès à une vue centralisée de l’intégrité matérielle et virtuelle de vos systèmes. Vous pouvez également configurer des alarmes vCenter Server qui se déclenchent en cas d’événements spécifiques sur le matériel, par exemple une variation de température, une panne de courant ou des avertissements. 

vSphere affiche également des informations sur l’état du matériel via SNMP pour d’autres outils de gestion qui utilisent cette norme. Les pièges SNMP sont disponibles à la fois depuis l’hôte vSphere et vCenter Server. 

GESTION ET SAUVEGARDE DES SYSTÈMES

Les produits de gestion et de sauvegarde des systèmes s’intègrent à vSphere via les API VMware vSphere. Ce modèle d’intégration basé sur les API réduit considérablement le temps système de gestion en évitant toute installation et toute gestion d’agents dans le COS. 

VMware a travaillé en étroite collaboration avec son écosystème afin d’assurer la transition de tous les produits partenaires vers le modèle d’intégration de l’hyperviseur VMware ESXi basé sur les API. En conséquence, la majorité des fournisseurs de solutions de gestion et de sauvegarde des systèmes au sein de l’écosystème VMware prennent à présent en charge ESXi.

 

Journalisation

La journalisation est importante pour résoudre les problèmes et garantir la conformité. vSphere diffuse les fichiers journaux de tous les composants système au format syslog standard. Ces fichiers peuvent être transmis à un serveur de journalisation central. La consignation permanente dans un fichier d’une banque de données locale, accessible à l’hôte vSphere, peut s’effectuer automatiquement si une banque de données adaptée est disponible. 

La synchronisation de l’hôte vSphere avec une source temporelle précise est primordiale pour garantir l’exactitude des fichiers journaux et obligatoire pour des raisons de conformité. Elle est également importante si vous utilisez l’hôte pour assurer l’exactitude des horloges sur les machines virtuelles clientes. Les hôtes vSphere intègrent des fonctions NTP pour la synchronisation avec les serveurs d’horloge NTP. 

AUTHENTIFICATION DES UTILISATEURS

Bien que les opérations courantes soient effectuées dans vCenter Server, il faut, dans certains cas, intervenir directement dans l’hôte vSphere. Par exemple, pour l’accès aux fichiers journaux et la sauvegarde des configurations. Pour contrôler les accès à l’hôte, vous pouvez configurer l’hôte vSphere de façon à l’associer à un domaine Active Directory. Ainsi, les utilisateurs qui tentent d’accéder à l’hôte sont automatiquement authentifiés par rapport à l’annuaire utilisateur centralisé. Les utilisateurs locaux peuvent aussi être définis et gérés hôte par hôte, et configurés à l’aide de vSphere Client, de vCLI ou de PowerCLI. Cette seconde méthode peut remplacer ou compléter la technique d’intégration à Active Directory.

 

Vous pouvez également créer des rôles locaux, similaires aux rôles dans vCenter, qui déterminent les opérations que l’utilisateur est autorisé à effectuer sur l’hôte. Par exemple, un utilisateur peut se voir accorder un accès en lecture seule. Il ne peut alors que consulter les informations de l’hôte. Il peut aussi bénéficier d’un accès administrateur, qui lui permet à la fois de consulter et de modifier la configuration de l’hôte. Si l’hôte est intégré à Active Directory, des rôles locaux peuvent également être accordés aux groupes et utilisateurs AD.

 

Le seul utilisateur défini par défaut sur le système est l’utilisateur root. Le mot de passe root initial est généralement défini via l’interface DCUI (Direct Console User Interface) ou pendant une installation automatique. Il peut ensuite être modifié à partir de vSphere Client, de vCLI ou de PowerCLI.

 

Dans vSphere, les utilisateurs peuvent se voir octroyer des privilèges administratifs leur permettant de bénéficier automatiquement d’un accès complet au shell. Grâce à cet accès complet au shell, les utilisateurs bénéficiant de privilèges administratifs n’ont plus besoin de s’authentifier comme superutilisateurs pour exécuter des commandes soumises à des droits d’accès.

 

Dans vSphere, toutes les activités de l’hôte, à partir du shell comme de l’interface DCUI (Direct Console User Interface), sont désormais journalisées dans le compte de l’utilisateur connecté. Cette responsabilisation des utilisateurs permet de simplifier la surveillance et l’audit des activités sur l’hôte. 

Diagnostics

Direct Console User Interface (DCUI)

DCUI (Direct Console User Interface) est l’interface à menus disponible sur la console du serveur physique sur lequel VMware ESXi est installé ou intégré. Sa principale fonction est d’effectuer la configuration initiale de l’hôte (adresse IP, nom d’hôte, mot de passe root) et les diagnostics. 

L’interface DCUI comporte plusieurs options de menu de diagnostic permettant aux administrateurs d’effectuer les opérations suivantes :

  • Redémarrer tous les agents de gestion, notamment :
    • hostd
    • vpxa
    • vpxa
  • Réinitialiser les paramètres de configuration, tels que :
    • Corriger vSphere Distributed Switch en cas de mauvaise configuration
    • Réinitialiser toutes les configurations sur les paramètres d’origine
  • Activer ESXi Shell pour le dépannage, y compris pour les cas suivants :
    • Accès local (sur la console de l’hôte)
    • Accès distant (protocole SSH)

Interface de ligne de commande vSphere
 

L’interface vCLI présente de nombreuses commandes pour la résolution des problèmes, parmi lesquelles :

  • esxcli
  • vmkfstools
  • vmware-cmd
  • resxtop

ESXi Shell
 

vSphere ESXi Shell est une console locale destinée au support technique avancé. Disponible sur la console locale d’un hôte, elle est aussi accessible à distance via SSH. L’accès à vSphere ESXi Shell est contrôlé comme suit : 

  • L’accès à ESXi Shell en local et à distance peut être activé et désactivé séparément dans l’interface DCUI et vCenter Server.
  • vSphere ESXi Shell est accessible à tout utilisateur autorisé, et pas seulement à l’utilisateur root. Les utilisateurs reçoivent l’autorisation quand le rôle d’administrateur leur est affecté sur un hôte (notamment via l’appartenance AD dans un groupe privilégié). 
  • Toutes les commandes générées dans vSphere ESXi Shell sont consignées, ce qui garantit un journal d’audit complet. Si un serveur syslog est configuré, ce journal d’audit est inclus automatiquement dans la journalisation à distance. 
  • Un délai d’attente peut être configuré pour ESXi Shell (local et distant), de telle sorte qu’une fois activé, il sera désactivé automatiquement une fois le délai configuré écoulé. 

SCRIPTS

Automatisation des opérations quotidiennes avec des outils de création de scripts

Afin d’automatiser la gestion des hôtes VMware vSphere, VMware a créé des outils de création de scripts simples à utiliser pour gérer les opérations quotidiennes. Vous pouvez écrire des scripts avec les mêmes fonctionnalités que vSphere Client afin d’automatiser vos tâches manuelles et gérer ainsi efficacement vos environnements, qu’ils soient de petite ou de grande taille. Ces outils fonctionnent parfaitement avec les hôtes vSphere utilisant l’architecture VMware ESXi, ce qui vous permet de gérer aisément les environnements vSphere.

 

VMware vSphere PowerCLI

VMware vSphere PowerCLI est un puissant outil de ligne de commande destiné à automatiser tous les aspects de la gestion vSphere, notamment les hôtes, le réseau, le stockage, les machines virtuelles, les systèmes d’exploitation clients, etc. PowerCLI est distribué sous la forme d’un jeu d’outils intégrable Windows PowerShell, avec plus de 150 cmdlets PowerShell intégrés, ainsi que de la documentation et des exemples. PowerCLI associe en toute transparence la plate-forme vSphere à Windows et .NET, ce qui vous permet d’utiliser PowerCLI de façon autonome ou intégré à de nombreux outils tiers différents.

 

VMware vSphere Command Line Interface

VMware vSphere Command Line Interface (vCLI) est un ensemble d’utilitaires de ligne de commande qui facilitent le provisionnement, la configuration et la maintenance de vos hôtes vSphere. vCLI vous permet d’exécuter des commandes d’administration système courantes sur des hôtes vSphere depuis n’importe quelle machine disposant d’un accès réseau à ces hôtes. Vous pouvez également exécuter la plupart des commandes vCLI sur un système vCenter Server et cibler n’importe quel hôte vSphere géré par ce système. Certaines commandes permettent d’automatiser complètement la configuration initiale d’un hôte vSphere ; d’autres assurent la résolution des problèmes et les diagnostics. VMware fournit des packages vCLI à installer à la fois sur des systèmes Windows et Linux.

 

PowerCLI et vCLI sont deux outils reposant sur la même interface que vSphere Client. Ils peuvent pointer directement vers un hôte vSphere individuel ou vers vCenter. Lorsqu’ils pointent vers un hôte, ils peuvent exécuter des commandes directement sur cet hôte, de façon similaire à l’exécution d’une commande dans le système d’exploitation en console (COS). L’authentification locale est requise dans ce cas. Par ailleurs, en cas de communication via vCenter, les commandes vCLI et PowerCLI bénéficient de la même authentification (par exemple, Active Directory), des mêmes rôles et privilèges et de la même consignation des événements que dans le cas des interactions vSphere Client. Cela garantit une infrastructure de gestion beaucoup plus sécurisée et vérifiable.

 

Pour plus d’informations sur les interfaces Power CLI et vCLI, consultez le centre de développement VMware.

Questions fréquentes

vSphere ESXi est un hyperviseur « bare-metal » qui s’installe directement sur le serveur physique qu’il partitionne en plusieurs machines virtuelles.

Quel type de matériel faut-il pour exécuter vSphere dans l’architecture ESXi ?

L’architecture de l’hyperviseur VMware ESXi est certifiée sur plus de 1 000 systèmes de serveurs. Sur certains modèles, elle peut s’exécuter à partir de clés USB certifiées. En principe, les nouveaux matériels pris en charge par ESX sont également compatibles avec ESXi, mais il est recommandé de rechercher le matériel souhaité dans les listes de compatibilité des matériels.

Quels systèmes d’exploitation peut-on exécuter sur vSphere dans l’architecture ESXi ?

Par rapport aux autres fournisseurs de solutions de virtualisation, VMware prend en charge un choix de systèmes d’exploitation beaucoup plus large. Consultez la liste de compatibilité des systèmes d’exploitation clients pour obtenir la liste complète des systèmes pris en charge.

Peut-on exécuter des machines virtuelles créées par Microsoft Virtual Server, Microsoft Virtual PC ou VMware Server sous VMware vSphere ?

Oui. Vous pouvez utiliser VMware vCenter Converter gratuitement pour importer des machines virtuelles créées à l’aide de VMware vCenter Server, Microsoft Virtual Server ou Microsoft Virtual PC, version 7 ou supérieure. vCenter Converter prend également en charge la conversion depuis différentes sources telles que des machines physiques et certains formats d’images disque tiers.

Comment évaluer VMware vSphere ?

La manière la plus simple d’évaluer vSphere est de télécharger et d’installer l’édition gratuite de VMware vSphere Hypervisor. Vous pouvez également utiliser les versions d’évaluation de vSphere.

Comment faut-il procéder pour installer un correctif sur l’hôte vSphere lorsque l’on utilise vSphere ESXi ?

VMware vSphere Update Manager met à jour les hôtes qui exécutent ESXi. Un utilitaire de mise à jour est fourni pour les environnements où VMware vSphere Update Manager n’est pas opérationnel. Remarque : vSphere Update Manager n’est pas disponible pour l’édition gratuite de vSphere Hypervisor.

vSphere génère-t-il des fichiers journaux ou s’intègre-t-il à la fonctionnalité syslog lorsqu’on utilise l’architecture ESXi ?

Oui, vous pouvez générer des fichiers journaux en utilisant l’architecture VMware ESXi. Vous pouvez configurer les hôtes vSphere de façon à envoyer les journaux vers un fichier stocké dans une banque de données ou vers un serveur syslog. Pour plus d’informations, consultez la page ESXi Management.

À quoi sert ESXi Shell ?

vSphere ESXi Shell est une interface de ligne de commande destinée au diagnostic et à la réparation des hôtes vSphere exécutant VMware ESXi. vSphere ESXi Shell peut être activée ou désactivée via l’interface DCUI ou via vCenter Server. Elle est également accessible à distance via le protocole SSH. Pour plus d’informations, consultez la page ESXi Management.

Le protocole SSH est-il pris en charge par ESXi ?

Oui. L’accès SSH à ESXi Shell est pris en charge.

Comment exécuter esxtop sur un hôte vSphere ?

Vous pouvez exécuter esxtop directement à partir d’ESXi Shell ou à l’aide de la commande vCLI « resxtop ».

Comment surveiller le matériel sur l’hôte vSphere lorsqu’on utilise l’architecture d’hyperviseur ESXi ?

vSphere comprend des API CIM et SNMP v2/v3, qui permettent de surveiller le matériel sans qu’il soit nécessaire d’installer des agents. Le matériel peut faire l’objet d’une surveillance via la console vCenter et les principaux outils de contrôle du matériel proposés par les OEM. Pour plus d’informations, consultez la page ESXi Management.

Comment procéder à la mise à niveau vers ESXi ou la dernière version de vSphere ?

Rendez-vous sur la page du vSphere Upgrade Center.

MISE EN ŒUVRE

POOLS, DE PODS ET DE BLOCS

CPU

  • Minimum : un seul socket, double cœur
  • Minimum recommandé : double adaptateur réseau 1 GbE

Mémoire

  • Minimum : 4 Go
  • Minimum recommandé : 8 Go

Réseau

  • Minimum : adaptateur réseau individuel 1 GbE
  • Minimum recommandé : double adaptateur réseau 1 GbE

Stockage local (SATA/SAS)

  • Minimum : disque individuel 4 Go
  • Minimum recommandé : disques redondants

Stockage partagé

  • NFS, iSCSI, Native Fibre Channel ou FCoE pour le stockage des machines virtuelles

Spécifications

  • Nombre de cœurs par CPU physique : illimité
  • Nombre de CPU physique par hôte : illimité
  • Nombre de CPU logiques par hôte : 480
  • Nombre max. de vCPU par machine virtuelle :
  • Mémoire maximale : 6 To
  • Systèmes d’exploitation pris en charge : solution leader du marché en termes de systèmes d’exploitation pris en charge. Voir la liste complète des versions prises en charge
Voir tout

Mise à niveau vers les éditions VMware vSphere ou VMware vSphere with Operations Management

Passez à une version payante de vSphere ou à vSphere with Operations Management pour optimiser davantage votre infrastructure informatique. Vous pourrez :

  • regrouper les ressources informatiques et de stockage sur plusieurs hôtes physiques ;
  • Centralisez la gestion de plusieurs hôtes grâce à VMware vCenter Server
  • proposer des niveaux de service améliorés et une réelle efficacité opérationnelle ;
  • réaliser une migration à chaud des machines virtuelles ;
  • profiter des fonctionnalités d’équilibrage de charge automatique, de continuité d’activité, et de sauvegarde et de restauration avancées pour vos machines virtuelles ;
  • bénéficier de fonctionnalités essentielles en matière de contrôle des performances et de gestion des capacités grâce à vSphere with Operations Management.

Consultez la visite guidée de vSphere with Operations Management pour plus d'informations.